Un port au cœur d’un territoire à fort potentiel économique

Comment le territoire et PSMO se renforcent-t-ils l’un l’autre ? Port Seine-Métropole Ouest (PSMO) s’inscrit dans une politique d’attractivité territoriale.

Publié le

Des opportunités économiques à exploiter

La plaine d’Achères a été marquée par des pratiques d’épandages des eaux usées à l’origine de la pollution du site et par l’exploitation des granulats. Elle présente également une vocation technologique et industrielle historique, notamment dans les filières automobiles avec l’usine PSA et l’usine du SIAAP situées à proximité.

Elle connait actuellement des difficultés (baisse de l’emploi industriel, déséquilibre habitat/taux d’emploi) et est aujourd’hui à la recherche de leviers de croissance.

Le futur port constitue une réponse pertinente aux contraintes et opportunités du territoire en permettant :

  • Le développement des modes de transport fluvial et ferré, des déplacements doux, respectueux de l’environnement,
  • La création de valeur pour le territoire par le réaménagement qualitatif et la dynamisation économique
  • La participation à l’élan économique du Grand Paris (optimisation de la logistique fluviale liée à l’activité du BTP, recyclage des matériaux de construction).

Un sous-sol riche en granulats

Le secteur d’Achères a été identifié comme un gisement d’enjeu interrégional pour les granulats (sables et graviers alluvionnaires), en raison de sa proximité avec le cœur de l’agglomération parisienne et l’importance de la ressource. Après une centaine d’années de l’épandage des eaux usées de l’agglomération parisienne, les sols de la plaine d’Achères sont pollués en surface, principalement aux métaux lourds.

Vue aérienne de la carrière GSM
Vue aérienne de la carrière GSM, source HAROPA – Ports de Paris

 

Cette pollution est située sous une couche de terre superficielle et les ressources se trouvant en dessous de cette couche de pollution sont exploités depuis 2013 par l’entreprise GSM jusqu’en 2040 environ.

Les couches superficielles de matériaux, les plus polluées feront l’objet d’un traitement par le carrier, pour s’assurer que les polluants ne seront pas entrainés par les eaux de ruissellement. Par précaution complémentaire, l’arrêté préfectoral du carrier demande un confinement des terres impactées au-dessus des plus hautes eaux de la nappe. Ce confinement se fera à l’endroit du parc des Hautes Plaines (en buttes), et les terres impactées seront recouvertes d’une couche végétale de 80 cm.

Un site inondable qu’un port peut valoriser

Dans la plaine d’Achères le risque d’inondation est important.

Le plan de prévention du risque d’inondation des Yvelines (PPRI) approuvé en 2007 précise qu’en cas de crue similaire à celle de 1910, la plaine serait en grande partie submergée.

La plaine d’Achères est néanmoins identifiée dans le PPRI comme un secteur particulier à forts enjeux économiques. Les installations, construction, remblais y sont donc autorisés sous réserve de la mise en œuvre d’un Plan global d’aménagement (PGA). Ce plan vise à permettre un développement économique de la plaine tout en garantissant le maintien des fonctions hydrauliques du fleuve, par un principe de compensation mutualisée entre les différents porteurs de projet, dont HAROPA-Ports de Paris avec le projet PSMO.

L’utilisation du site à des fins portuaires constitue par conséquent une valorisation de ces terrains. Les aménagements du futur port permettront de rendre la zone constructible et offriront au territoire un outil industriel de portée régionale.